AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 → PORT-REAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Lady
MAITRE DU JEU ♦ i watch
avatar
❖ Arrivée à Westeros : 12/05/2013
❖ récits : 545
❖ occupation : veillez sur vous
LOCALISATION : partout et nul part
MessageSujet: → PORT-REAL   Dim 2 Juil - 9:50

Port-Réalto the slave and the civilised, we all fall down


deux millions et demi ; les Terres de la Couronne ; ne jamais oublier ; dragons ; un Dragon d'or ; un maire, élu par la population ; port-réalais, port-réalaise ; industries des plaisirs, tourisme d'élite ; principauté, Dorne a gagné en partie son indépendance, mais continue de rendre des comptes à la Couronne ; toute religion y est tolérée ; elle est entourée par la région dévastée que furent les Terres de la Couronne + voir la carte.


La capitale suscite envie et jalousie chez les amateurs de grandeur. Derrière les lumières affriolantes et les devantures tapageuses se dissimulent pourtant de sombres réalités. Port-Réal, bijou technologique, oasis de saveurs, se trouve en plein cœur des Terres de la Couronne, aujourd'hui dévastées. Lieu de perdition ou havre où tout les plaisirs sont permis, chacun a sa vision de la cité lumière. Elle combine à la fois le statut de siège du gouvernement, de domaine de la famille royale et de cité où tous les rêves semblent réalisables.

Pourtant, la capitale n'a pas toujours été ainsi. Elle fut certes le joyau de la Couronne et un lieu de pèlerinage pour les admirateurs de la famille royale, mais son fonctionnement était loin de celui d'aujourd'hui.
La reine précédente, Naeressa Targaryen, délaissa la capitale pour Peyredragon - résidence d'été de la famille Targaryen - et y instaura son siège. Elle prit nombre des grandes décisions de la Guerre de quinze ans, s'isolant ainsi du gouvernement. Port-Réal en profite pour comploter et se retourner contre elle, menant les actions favorables à l'opposition contre la reine renégate. Lorsque les bombardements commencèrent sur les Terres de la Couronne, un protocole d'urgence fut mis en place. La situation commença à échapper au gouvernement et c'est en s'associant avec la sœur de la reine - future héritière du trône - qu'il parvint à reprendre le contrôle. La reine tombée, la guerre terminée, le mal pourtant était fait : les Terres de la Couronne s'en trouvèrent ravagées par les attaques chimiques. Les survivants s'éparpillèrent dans les autres régions, Peyredragon fut abandonnée et Port-Réal - isolée des dégâts - devint la seule cité subsistante de la région.

Le vaste mur - un projet du protocole d'urgence - continua à être construit et renforcé. Les entrées furent bloquées aux nouveaux arrivants, et les derniers réfugiés se rabattirent sur les autres régions. Rares furent ceux qui s'installèrent ou demeurèrent sur les ruines des Terres de la Couronne. Le mur commença à remplir sa mission en barrant le passage aux clans sauvages - pilleurs, tueurs - et prévenant des arrivées inopinées.
Ce qui subsistait de l'armée royale fut intégré à la Garde de Port-Réal, afin d'y protéger l'élite. Quelques détachements furent éparpillés dans les bases survivantes des Terres de la Couronne afin de les garder à l’œil ; les soldats commencèrent à y développer de nombreux problèmes de santé, et leurs enfants furent victimes de terribles malformations. On nota de rares mais effrayantes mutations. Les fortes têtes, ou soldats dérangeants, furent alors privilégiés pour rejoindre les Terres de la Couronne en guise de punition.

Difficile aujourd'hui de se dire qu'il n'y a que ruines et poussières à quelques centaines de kilomètres de la Capitale. Il est aisé derrière le mur de perdre conscience de la réalité. Pourtant, au sein même de la ville, la Lumière côtoie la crasse des bas-fonds. Néo-Culpucier, comme on le surnomme désormais, est le quartier de tous les vices et de tous les pêchés. Marché noir, trafics, bordels, c'est le gagne-pain favori des mercenaires. Une sorte de seconde ville, totalement opposée au faste et au luxe opulent de la Port-Réal officielle. Deux antagonistes qui représentent à merveille l'univers si tranché de cet îlot urbain.  


Pour les oragiens, Port-Réal est le symbole, l'origine de tous leurs maux. Malgré les rumeurs de falsifications de preuves, les Targaryen ont couvert leurs arrières en ignorant le destin des Terres de l'Orage. S'il n'y a plus de militaires de l'armée royale postés là-bas, ils ont conservé la surveillance des frontières. Les Terres de la Couronne s'assurent que les oragiens ne pénètrent pas leur territoire, épargnant ce travail de contrôle aux Barathéon. En revanche, les trafics en tout genre profitent à la Capitale. De façon générale, et même si certains oragiens ont assez de courage et d'instinct de survie pour aspirer à une meilleure existence, tous partagent une haine sans mesure à l'égard de cette monarchie qui a massacré leurs proches, leurs terres, et a détruit leurs vies.


Les port-réalais sont à l'abri de toute tentative d'attaque de la part des fer-nés. Seuls les habitants proches des conflanais s'inquiètent à ce sujet. Pour le reste, ces événements paraissent bien trop flous. Avec la réduction de l'armée royale après la guerre et la close de non-intervention dans le Traité, très peu d'aide a été envoyée au Conflans pour lutter contre les Îles de Fer. Et le gouvernement préfère tout simplement d'éviter d'y penser.  


Il se trouve que la Couronne ne comprend pas toujours les réalités nordiennes. Elle l'a d'ailleurs prouvé à plusieurs reprises au cours de son histoire. Au début de la Guerre de quinze ans, le Nord faisait partie des régions épargnées par les plans de la Reine. Lorsqu'elle réclama une partie de l'Armée de Nuit, les Whitehill, dirigeants du Nord à l'époque, la lui accordèrent. Cela créa des tensions entre l'Armée et son gouverneur, et les conflits se répercutèrent au sein du peuple. La fin de la guerre amena les nordiens à choisir Brandon Stark pour les représenter. Depuis ces derniers gèrent leur affaire et ne veulent pas que la Couronne vienne y fourrer son nez.


Les relations entre les deux régions sont cordiales depuis la fin du conflit. Les Martell sont des alliés de taille pour les Targaryen, le Prince et la Reine s'entendent d'ailleurs plutôt bien. De plus, les dorniens fournissent Port-Réal en énergie et occupent de nombreux sièges au sein du gouvernement. Il n'est pas rare qu'ils séjournent à la Capitale pour profiter de la décadence port-réalaise, côtoyant les bordels et les palais de la cité.


Les Lannister entretiennent des relations fortes avec la famille royale depuis la croissance soudaine de leurs richesses. Banquiers du continent, ils gèrent la fortune des Targaryen parmi celles de l'élite westerosie. De par leur poids dans la balance économique, ils ont tout intêret à surveiller de près la politique de Westeros. Ainsi les ouestiens occupent de nombreuses places de choix au sein du gouvernement. Ils furent toutefois vexés d'apprendre qu'un port-réalais occuperait le poste de Ministre des Finances...


Le Val entretient des relations ambiguës avec la Couronne. Depuis la région, à travers la propagande, les pouvoirs en place tentent de faire croire que le Val a le contrôle dans un continent ravagé par les querelles, vestiges de la guerre. Pourtant, et bien que la Couronne n'apprécie pas cette vision des choses que les Arryn imposent aux leurs, le Val reste pour elle un atout majeur. C'est à travers lui que passent l'information et le renseignement. C'est pour cela que le dernier conseil a décidé de mettre en place de nouveaux corps d'intelligence afin de lutter contre le monopole vallois. En attendant, la Couronne ferme d'ailleurs les yeux sur l'organisation abusive, sur la dictature qui pilote le Val et qui fait tant de victimes.


Il y a une certaine sympathie de la part des habitants de Port-Real à l'égard des conflanais. Ils représentent cette force atypique et folklorique qu'ils ont tellement sous-estimée pendant la guerre. Les habitants du Conflans quant à eux, ont tendance à gentiment se moquer des port-réalais, individus tant éloignés de la réalité. La plupart des conflanais n'échangeraient rien au monde contre une place dans la capitale. Ils ne sauraient se retrouver dans cette superficialité et cette démesure constante. Comme l'élite du Bief, celle de Port Real apprécie l'artisanat conflanais. Le palais royal lui même est en partie meublé avec le mobilier finement sculpté, typique de la région conflanaise. Quant au gouvernement, il préfère appliquer une politique d'aide vague et irrégulière. Le Conflans s'est retrouvé livré à lui même lorsque les fer-nés ont ravagé ses côtes ; prises dans un autre conflit, les Terres de la Couronne ne lui ont pas vraiment prêté main forte, se contentant d'envoyer de l'argent après coup pour leur permettre d'entretenir leur flotte, et quelques vivres accompagnant les réfugiés couronnais après la guerre de quinze ans. Il faut néanmoins savoir que depuis longtemps avant cette guerre, la Couronne apportait son aide financière au Conflans en échange de ses forces militaires.


A la fin de la guerre de quinze ans, l'arrivée au pouvoir de la reine actuelle a quelque peu adouci les relations alors tendues entre Port-Réal et les bieffois. Cette dernière envoya des aides afin de permettre au Bief de pallier aux manques causés par l'armée royale. C'est lors des négociations autour des ressources apportées que la reine rencontra Ylios Tyrell, qu'elle épousa peu de temps après. Depuis, les relations entretenues avec la famille royale sont plutôt bonnes. On ne peut pas en dire autant du gouvernement. Contrôlé en grande partie par les vallois et les ouestiens, les conseillers bieffois peinent souvent à se faire entendre. Malheureusement, les Targaryen n'y peuvent pas grand chose. Quant à la ville de Port-Réal, capitale de la démesure, elle effraie une bonne partie des bieffois, si éloignée qu'elle est de leur société traditionnelle.


Port-Réal est une ville qui accepte toutes les croyances. En son sein, les septuaires côtoient les quelques rares barrals des anciens dieux. La Foi se divise en de nombreux cultes : la Trinité est vivace et pratiquée, tout comme les cultes uniques (qui désignent la Foi tournée vers un seul des sept Dieux). Même la secte du Dieu Rouge - réintroduite il y a deux siècles - est aujourd'hui toléré au sein de la capitale. Bien qu'elle ne soit pas officiellement reconnue - méprisée qu'elle est par le grand Septon en personne - certaines familles de l'élite ont des liens avec les adeptes de Rh'llor. Beaucoup n'hésitent pas à se promener dans le quartier écarlate pour aller consulter les prêtres rouges - que l'on dit capables de prédire l'avenir. Ces derniers suscitent une certaine fascination de la part de l'aristocratie de port-réalaise, qui amène peu à peu leur croyance à faire sa place. Aujourd'hui, à part les regards soupçonneux des adeptes de la Foi des Sept, il n'y a pas de répercussion si l'on y croit. A Neo-Culpucier, elle a une résonance toute particulière : on la voit comme le refuge, la force cachée, celle qui permettra d’accéder aux hautes sphères, alors que les plus riches la considèrent souvent comme un jeu, une petite provocation à l'égard des biens pensants.


La capitale est le siège du gouvernement. C'est en son cœur que sont prises les décisions majeures concernant l'avenir de Westeros. A sa tête, il y a la souveraine - de la famille Targaryen - dont les attributions ne concernent que l'aspect symbolique de la politique (cérémonies, image, discours, etc.). Vient ensuite le Conseil Restreint, dirigé par la Main de la Reine. Cette personne est chargée d'approuver les décisions et de sélectionner les membres du Conseil Restreint : le ministre de l'Économie, le ministre du Renseignement, le ministre de la Défense, le Commandeur de la Cité (chargé de la garde royale et de la sécurité de Port-Réal), et le ministre de la Justice. La Main est élue par les représentants du Grand Conseil : ce sont les conseillers choisis dans chacune des régions encore affiliées à la Couronne. Il compte près d'une soixantaine d'individus : le Val et l'Ouest ont plus de sièges que d'autres régions de par leur investissement dans la Couronne ; ils sont suivis de Dorne, du Bief puis du Conflans, et pour finir, du Nord. Le Conseil et le Grand Conseil sont chargés de prendre des décisions concernant les lois organisant les relations commerciales, la justice inter-région (décider des lois), etc.
nb : la Main et les ministres du Conseil Restreint ne sont pas jouables. Ceux du Grand Conseil, oui.


Cette armée n'est plus que l'ombre de ce qu'elle fut autrefois. Repliée après la Guerre de quinze ans, elle a vu s'éparpiller et sombrer la majorité de ses forces. Ce qu'il en restait fut posté à Port-Réal pour protéger la famille royale et ce nouvel oasis, et dans les quelques rares bases subsistant encore sur les Terres de la Couronne. On nomme les détachements de l'armée à Port-Real la « Garde Royale ». Ses soldats sont vêtus de noir et un blason portant le Dragon d'Or, symbole de la ville, est brodé sur leur poitrine. Ils sont armés d'un pistolet ainsi que d'un tazer et d'une matraque. Faire partie de la Garde est un moyen pour les classes basses de s'assurer une paie correcte et un logement de fonction - étriqué certes mais dans la bonne partie de la ville. Beaucoup sont issus de la population légale de Culpucier (les illégaux ne pouvant pas être recrutés) et devenir Garde permet l'obtention d'un pass permanent - l'autorisation de rester indéfiniment à Port-Réal. Cependant, une bonne partie des Gardes est corrompue : ils font certes leur travail auprès des élites mais n'hésitent pas à prendre les pot-de-vins d'illégaux. Malgré tout, ils n'ont pas souvent d'ennuis du côté de leur hiérarchie.


Tout aller ou venue à Port Réal est scrupuleusement enregistrée. Pour y entrer, il faut faire une demande de pass tourisme (difficile à obtenir auparavant, beaucoup plus accessible depuis la récente réforme de la Reine), de pass résidence temporaire ou de pass résidence permanent. Le second est garanti aux élites du continent ou à toute personne ayant des amis haut placés. Les travailleurs utiles - médecin, artisans... - peuvent aussi avoir la garantie de l'obtention d'un pass travail (similaire au pass résidence). Mais malgré cette machine soigneusement huilée, il n'est pas rare que des passeurs malins (associés à des hackers) parviennent à faire passer des "illégaux". Main d’œuvre secrète, ils atterrissent souvent à Culpucier, dans les commerces de luxe ou les bordels. De plus, ils risquent à tout moment d'être arrêtés par la Garde Royale et d'être expulsés : cependant, beaucoup paient des pots-de-vin pour l'éviter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valarmorghulis.forumactif.org
 
→ PORT-REAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Deck - Joute] Le Siège de Port-Real - Siège de Winterfell
» [JDR] Péril à Port-Real
» [TV] La série "Trône de Fer" de HBO
» [Échange] Liste d'iGogol
» [CR de Paris] Informations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VALAR MORGHULIS :: i. THE RED KEEP :: Tower of the hand :: Régions-
Sauter vers: